Équateur VOYAGES

Riobamba : Volcan Chimborazo & noël à El Altar – Equateur #2

7 janvier 2020

Décembre 2019 

  • Riobamba :

C’est une ville située à 2750 mètres d’altitude mais qui n’a peu d’intérêt.. les gens viennent ici avant tout pour se rendre au Chimborazo et plus rarement à « El Altar ».

Le seul avantage de cette ville c’est peut-être le sympathique hostel « villa Bonita » dans lequel nous avons logé. Probablement notre meilleure expérience logement en Équateur.

 

  • Chimborazo :

Le Chimborazo n’est autre que le plus haut volcan d’Equateur culminant à 6263 mètres d’altitude. En raison de sa situation toute proche avec l’équateur, le sommet du Chimborazo est donc aussi le point de la surface de la Terre dont la distance minimale au soleil au cours d’une année est la plus petite.

Nous ne sommes pas là pour attraper le soleil mais plutôt pour profiter des alentours de ce volcan.

Pour s’y rendre il faut prendre un bus en direction de Guaranda, 45 minutes et 2,5$. L’entrée du parc est gratuite et ne requiert pas de guide, sauf pour atteindre le sommet du volcan à partir du refuge Whymper. L’ascension du volcan est technique et requiert matériel, connaissances et aptitude physique.

 

    • Première tentative : Bosque Polylepis

Tentative dans les nuages pour aller randonner au bosque polylepis, une forêt située à 4000m d’altitude.

Contrairement à ce qui est dit il n’y a pas besoin de guide. C’est impossible de se perdre si l’on est renseigné sur l’itinéraire (et/ou qu’on utilise maps.me). Comptez 8km A/R et 200m de dénivelé pour apercevoir la petite forêt !

Le soleil a fait son apparition quelques minutes seulement mais pile au moment où nous sommes face à un regroupement de vigognes. Ce sont des camélidés sauvages à la silhouette élancée qui vivent sur les hauts plateaux de la cordillère des Andes. Attention de ne pas confondre la vigogne avec le Lama qui lui est plus grand et avec l’Alpaga plus touffu !

 

    • Seconde tentative : refuges du Chimborazo et Laguna Condor Cocha

Tentative très ensoleillée cette fois, nous avons une chance incroyable. Comprenez que le temps en Équateur est très variable, changeant rapidement, mais surtout brumeux, nuageux et humide..

 

Nous avons fait un classique : une petite randonnée depuis le premier refuge “El Carrel” situe à 4800m jusqu’au second refuge “Whymper” situé à 5000m avec un petit détour à lagune Condor Cocha située elle à 5100m. Le week-end des voitures attendent à l’entrée du parc pour monter les touristes au premier refuge, sinon il est possible de marcher environ 8km.

Margaux n’étant pas dans une forme olympique ce jour là nous avons opté pour la voiture.

 

 

Du premier refuge jusqu’à la lagune en passant par le second refuge puis retour à la voiture, il faut compter 2h en prenant son temps.

Sous ce soleil c’est évidemment très beau et impressionnant de voir ce haut volcan sortir du plateau andin, avec son toit enneigé.

 

 

  • Noël à El Altar :

Manon nous a rejoint le 22 décembre. Évidemment nous avons un programme chargé d’autant qu’il y a noël, l’anniversaire d’Adrien (le 27/12) et le jour de l’an à fêter. C’est ainsi qu’on se retrouve à camper en pleine montagne pour noël !

El Altar c’est avant tout un volcan éteint de 5319m de haut situé dans le parc national Sangay. Son ascension est réputée très technique. Plus généralement  » El Altar » est utilisé pour désigner la zone de randonnée autour de ce volcan, réputée comme l’une des plus belle d’Equateur.

Notre itinéraire 3 jours / 2 nuits parait peu commun si l’on se réfère aux peu d’informations disponibles sur internet et auprès des Équatoriens.

 

    • Notre itinéraire

Après avoir obtenu une carte du parc, et regardé les tracés sur Maps.me, nous souhaitons tenter cet itinéraire quitte à devoir faire demi-tour : Se faire déposer en voiture à Bocatoma, puis randonner jusqu’au campement proche de la laguna Mandur. Le lendemain rejoindre le refuge Releche ou bien camper vers la laguna Amarilla puis redescendre en direction en l’hacienda Releche proche de la ville de Penipe.

Un itinéraire plus classique consiste à partir de l’hacienda Releche, atteindre la lagune Amarilla, dormir au refuge Releche (20$US) ou camper puis redescendre par le même chemin à l’hacienda Releche.

 

    • Jour 1: 9,6km / 770m d+ / 7h (avec pauses photos !)

Nous attrapons un taxi au vol pour qu’il nous emmène de Riobamba à Bocatoma. Il n’a pas l’air de connaître cette destination mais accepte la course pour 25$ et 35 km. La route n’est pas goudronnée mais elle est bien entretenue. Arrivé au panneau officiel du parc nous commençons le chemin en direction d’une première lagune : la Laguna Mandur.

Nous allons rapidement nous retrouver dans la boue et ce toute la journée. C’est fatiguant de marcher sur ce terrain boueux avec le dénivelé, les sacs sur le dos (12-14 kg) et l’altitude (de 3800 à 4650m). Mais les paysages environnants en valent la peine.

 

Notre progression est plus lente que prévue, nous nous arrêtons au camping 3, avant notre objectif de la lagune, pour passer noël. Au menu ce soir : raclette ! Nous passons un bon moment mais à 20h tout le monde s’endort. On est loin du noël pantagruélique toasts de foie gras, champagne et volaille à gogo !

 

 

    • Jour 2 : 10 km / 550m d+ / 9h avec les pauses pique-nique et photos et les détours !

Nous sommes debout à 6h du matin et le père noël semble être passé : Nous avons une vue dégagée sur le volcan Chimborazo et la vallée. Le spectacle est magnifique !

 

A 9h, nous nous mettons en route pour la Laguna Mandur. Ça monte mais le chemin est accessible, sans trop de boue. Plus on monte et plus le paysage devient grandiose avec des vues a couper le souffle sur des lacs et des glaciers. Nous avons de la chance avec la météo qui s’avère clémente pour l’Equateur.

 

Arrivé à la lagune Mandur et sa cascade, nous faisons un pique-nique avant de continuer notre route pour passer de l’autre côté de la montagne.

 

Le chemin n’est pas très bien tracé, ça monte fort et nous nous égarons un peu avant de passer le col pour contourner le cerro Cascajal.

De l’autre côté de la montagne nous avons une vue sur la laguna Amarilla et son glacier. Nous apercevons aussi le refuge Releche.

Pour le rejoindre il n’y a pas vraiment de chemin, il faut redescendre dans une sorte de prairie verticale quasiment impraticable. Nous suivons maps.me et nous faufilons entre les herbes hautes.

 

La progression est longue et difficile et nécessite une grande concentration pour ne pas se tordre une cheville. Planter la tente pour se reposer et repartir demain est une option mais nous gardons de la motivation à mesure que nous nous rapprochons du refuge.

 

Dernier obstacle au pied du refuge : une rivière à franchir. Avoir les pieds mouillés est bien la seule chose qui nous manquait dans cette journée !

Vers 18h, nous atteignons enfin le refuge, fatigués mais contents d’être arrivés et avec des souvenirs incroyables de cette journée.

Petite déception tout le même, l’accueil au refuge est glacial, c’est insalubre, en plus des 15$/personne, on essaye de nous estorquer 10$ de plus pour utiliser la cuisine. Sympa ! On regrette presque de ne pas avoir planté la tente.

 

    • Jour 3 : 10km de descente boueuse en 4h

Étant donné la journée fatiguante de la veille et une mauvaise météo, nous décidons de nous faciliter les choses et de ne pas aller à la Laguna Amarilla. Nous décidons de  terminer la boucle en redescendant en direction de l’hacienda Releche.

Nous avions presque réussi à faire sécher nos chaussures de la veille mais au bout d’1,5 km nous voilà contraints de traverser à nouveau une rivière. Adrien arrive à sauter, pour les filles c’est loupé. Retour aux pieds mouillés.

La descente est à l’image de la montée, boueuse et fastidieuse. Mais à nouveau la météo se dégage devoilnat une vue grandiose sur la vallée verdoyante !

Arrivé en bas de la vallée nous prévoyons d’attendre le bus 1h30. Mais un taxi de retour à Riobamba nous propose de nous emmener pour un total de 4,5$ les 35km. Nous le payons 10$, récupérons le reste de nos affaire à notre hostel “la villa Bonita” et prenons un bus pour se relaxer quelques jours à Baños !

 

    • Mise en garde :

Certes les paysages sont sublimes mais cette randonnée n’en reste pas moins difficile ! Elle n’est réservée selon nous qu’aux très bons randonneurs, bien équipés et motivés. Il ne faut en aucun cas négliger ces aspects importants :

– la haute altitude entre 3800m et 4600m qui nécessite une acclimatation préalable

– le chemin boueux et pas toujours évident à trouver. Il faut être à l’aise avec l’orientation et les reliefs de la montagne

– la météo très changeante : il faut avoir l’equipement adéquate et imaginer passer une / des nuits supplémentaires dans la montagne si besoin et donc partir avec les vivres nécessaires

No Comments

    Leave a Reply