Canada VOYAGES

Vancouver Island #2 – The real north

4 août 2019
C’est avec de fantastiques images dans les yeux que nous quittons le centre de l’île. Cap vers nord, où peu de touristes ont le temps et le courage de s’aventurer.
Pour rappel cette île a une superficie à peu près équivalente à 3 fois celle de la Corse. Elle abrite la capitale de la Colombie britannique, Victoria, tout au sud de l’île et quelques zones sont peuplées ici et là. La nature garde ses pleins pouvoirs dans la majorité de l’ile.
Retour à notre itinéraire.
  • Telegraph Cove
Ceci est le dernier point touristique avant le vrai nord de l’île. Ce village aux allures de port historique conserve du charme avec ces maisons pittoresques sur pilotis de couleurs variées. Mis à part ça, ce village est surtout une usine à tours pour admirer baleines ou pêche au saumon pour un prix équivalent à la bagatelle d’une caisse de grand cru bourguignon par personne. Nous nous sommes donc plutôt baladés et avons profité de la douche publique pour une toilette à l’eau chaude. Quelle sensation après toutes ces douches dans les rivières glacées.
  • Cape Scott provincial parc
Quelques renseignements collectés dans un office du tourisme et nous voici sur la route direction Cape Scott Provincial park. Un parc difficile d’accès car c’est 60km soit 1h30 de route non goudronnée ou « gravel road » qu’il faut parcourir pour accéder au parking d’accès du parc.
    • San Josef Bay
Au lieu d’une soirée dans le campground payant, nous décidons d’aller camper à Saint Joseph Bay, située non loin à 45min de marche. Lieu magistral ou nous assistons à une fin de journée fantastique avec coucher de soleil, feu de camp, saumon au feu de bois pour le dîner, et une nuit étoilée au programme. Au petit matin nous découvrons la baie et ses arbres sur pilotis si fameux !
    • Nels bight trail:
Nous écoutons les conseils de Christopher et de sa petite amie, canadiens de l’Alberta venus camper eux aussi à San Jo et d’effectuer une longue randonnée vers Nels bight.
C’est une autre baie du Nord encore moins touristique aux allures de celle découverte par Romain duris et Dicaprio dans le film la Plage. Très prometteur donc. Malheureusement les 17kms pour y aller y sont difficiles et la pluie fait rapidement son apparition. Elle ne nous quittera pas jusqu’à notre retour au parking le lendemain. On peut le dire, ceci n’est pas une grande réussite: 34kms de marche soutenue pour une nuit sur la plage aux allures de Normandie..
Ceci étant nous recommandons vivement ce parc qui regorge d’excursions possibles mais gare toutefois aux ours et aux loups qui sont présents en nombre par la bas..
  • La pêche est bonne 
Après cette escapade dans le nord inhabité de l’île, nous redescendons un peu en dessous de Telegraph cove et passons 2 nuits et 2 journées au bord d’une rivière dans un no man’s land. Magnifique rivière très sauvage où Adrien se dépêche d’aller pêcher. Bredouille le premier soir, il est d’attaque dès 9h le lendemain matin. Rapidement la pêche est bonne, une grosse truite mouchetée de plus de 40cm fera un dîner parfait au feu de bois. Puis, plusieurs belles truites avant le déjeuner, signe de la très bonne santé de cette rivière dont l’eau semble si pure. Retour à la pêche en fin d’après midi… et LA rencontre qui devait finir par arriver arrive !

 

  • LA rencontre, par Adrien 
Hors de vue du van et de Margaux je suis en train de pêcher pour le célèbre coup du soir. Je finis par sentir quelque chose qui m’observe, en me retournant j’identifie un ours noir à une 20aine de mètres.
Je trébuche de peur et d’inquiétude, lui, fait tomber des pierres et je ne sais pas si il compte descendre proche de la rivière ou retourner dans la forêt.
De crainte de le voir me pourchasser, je rebrousse chemin rapidement, mais j’entends de gros pas en hauteur le long de la rivière qui vont dans la même direction que moi!
Arrivé vers une plage de galets je retrouve l’ours accompagné de 2 oursons ! Les canadiens nous ont toujours dit que les ours noirs sont inoffensifs sauf si on panique ou si c’est une mère avec ses petits et qu’elle se sent en danger.
Un vent de panique m’envahit, je me dépêche de sortir la bombe anti-ours au cas où je les revois sur la plage! Je l’essaye comme préconisé dans le sens du vent. Une bourrasque me renvoi une partie du spray dans les yeux et me brûle. Imaginez le ridicule de la scène…
Finalement je ne reverrai pas cette petite famille d’ours noir qui a sûrement eu aussi peur que moi. Cette mésaventure bombe lacrymo + ours met un point final à la pêche pour aujourd’hui.
Le reste du temps nous le passerons à faire des lessives avec l’eau de la rivière, prendre l’apéro, et faire quelques parties de yams endiablées, le tout dorénavant avec la bombe anti ours à moins de 2 mètres.
Le lendemain retour à Vancouver pour partager une bière artisanale avec Marine, une bonne amie, puis nous prenons la route pour les rocheuses. À suivre..
Margaux & Adrien

1 Comment

  • Reply
    Bibi Muzard
    5 août 2019 at 13:11

    Owaouh qu’elle aventure!!!! avec petit ours 🐻 mais merci de nous faire partager tous ces beaux spots sauvages😘😘

Leave a Reply