États-Unis VOYAGES

Yosemite – Californie USA #7

28 novembre 2019

Nous quittons Bishop heureux et ravis de notre randonnée prévue à l’improviste. Nous nous dirigeons vers Yosemite National Park.

Yosemite, LE fameux, le parc national californien dont tous les américains te parlent avec des petits cœurs dans les yeux !

Il est donc très populaire, très fréquenté et réputé pour ses voies d’escalade.

Nous atteignons l’entrée Est située après la petite ville de Lee Vining, sur la Tioga road. Nous passons le Tioga Pass (3031m) sans soucis avec notre nouveau radiateur !

Cette route mène à un premier lieu d’intérêt: Tuolumne meadows, un plateau constitué de prairies et de forêts.

Après un détour habituel au backcountry office et consultation de la météo, nous choisissons la randonnée « Cathedral lake » et une nuit seulement de camping. Nous sommes tout de même à 3000m d’altitude, et dans 2 jours arrivent les premières neiges !

 

Nous profitons de cette dernière journée de l’été indien à faire le tour du lac, lire, pêcher avant de prendre le chemin du retour.

 

De retour au van, nous devons partir car la route va être fermée en raison d’un épisode neigeux annoncé dans la nuit. Nous allons en direction du second lieu d’intérêt: Yosemite Valley.

Ce dont nous nous soucions pas trop pendant ce grand voyage c’est des jours de la semaine. Mais notre tentative d’accès à cette zone nous ramène vite à la réalité. Nous sommes samedi et c’est l’été indien.. les américains sont de sortie et comme souvent, ils ne font pas dans la demi mesure ! Nous voilà coincés dans les bouchons en pleine nature !

C’est à ce moment précis que la magie du long voyage opère. Nous avons le luxe de faire demi tour en décidant de revenir d’ici lundi ! Nous suivons la route sans vraiment savoir où nous allons aller si ce n’est tout droit car les bifurcations se font rare aux Etats-Unis ! Notre projet de randonnée abandonné pour le week-end, Adrien s’empresse de réserver ce créneau pour la pêche !

Nous voilà au fond de la vallée de la Merced River, au bout d’un long chemin de pierres où se situe un camping très charmant. L’imprévu nous a réservé une chouette surprise et nous restons là deux jours : pêche, cuisine (pizza maison cuisson à la poêle au feu de bois, bois lui meme scié à la main !), et lecture sont au programme.

 

De retour à Yosemite Valley en début de semaine, nous nous lançons dans une randonnée très populaire: le half dome. Elle porte bien son nom, c’est vraiment un dôme qui semble avoir été tranché net dans sa hauteur par la force de la nature.

Nous obtenons un permis de camping pour 2 nuits qui nous donne également un droit d’accès au dôme. L’accès au dôme est en effet limité du fait de sa sur fréquentation.

Il n’est pas nécessaire de camper pour le faire mais c’est préférable pour s’éviter un long chemin avec un bon dénivelé en une seule journée (25km A/R et 1350m+).

A notre habitude, on préfère prendre notre temps et profiter des alentours et du campement quand cela en vaut la peine. Trop de fois nous avons regretté ne pas avoir pris 2 nuits dans certains endroits magiques. On espère donc que ce sera le cas ici aussi.

La marche jusqu’au campement n’est pas compliquée mais s’avère plus raide que prévue ! On passe devant 2 majestueuses cascades d’eau. Les cascades de Yosemite représentent la deuxième attraction du parc avec les dômes. Mais l’eau se fait rare en cette fin d’été.

 

Le campement donne l’impression d’un petit village du fait du nombre élevé d’emplacements mais l’ambiance est très sympa. Une petite rivière se situe pas loin des tentes, parfait pour un rafraîchissement glacial mais tellement agréable. Il y a même 2 espaces communs pour faire un feu de camp. Notez que pour la Californie qui a tendance à brûler très facilement c’est plutôt exceptionnel d’avoir cette possibilité !

 

 

Après une soirée au coin du feu et une bonne nuit nous prenons la direction du Half dome de bonne heure. Un bon dénivelé nous réchauffe avant l’ascension finale sur la roche.

Vers la fin du parcours les vues surprenantes des alentours du parc s’offrent à nous et c’est un régal.

 

 

 

On aperçoit enfin la zone d’ascension du dôme qui est rendue possible grâce à des câbles en acier et quelques planches en bois. C’est impressionnant. Plus on s’en approche plus on se rend compte que c’est beaucoup plus raide en réalité qu’en photo.

On ne peut s’empêcher de penser à cette jeune randonneuse qui a glissée 15 jours auparavant et y a perdu la vie. On avait pourtant demandé si des longes et un baudrier étaient nécessaires. Le rangers nous avait assuré que non.

On se sent un peu idiots, car le sommet est si proche, mais la pente est raide et pas certain que les câbles d’aciers suffisent en cas de glissade sur cette pierre très lissée par les passages des randonneurs. D’ailleurs on voit quelques personnes au look de grimpeurs qui eux portent des baudriers.

 

C’est l’incompréhension totale, pourquoi autant de personnes à l’allure de randonneurs novices en converse s’engagent dans ce parcours sans avoir recours un à système de sécurité ? Ça ne changerait rien à l’exploit si ce n’est rester en vie en cas de glissade..

Incompréhension aussi quant à l’avis du rangers au backcountry office. Ceci dit ça coïncide avec l’absence totale de recommandations à ce propos sur les panneaux d’informations.

On essaye tout de même sur les 30 premiers mètres mais cest trop lisse pour avoir 100% confiance en notre accroche au sol. Il est évident que si par un malheureux hasard on glisse il sera difficile de retenir le câble du fait de la gravité. Ça serait la chute assurée sur quelques centaines de mètres et notre cervelle servirait de déjeuner aux ours noirs ou aux coyotes du coin.

La décision de faire demi tour est une évidence pour nous. Nous avons encore bien trop d’aventures à vivre ! Pas question de se mettre en danger inutilement pour une histoire de dôme…

Nous sommes déçus c’est une évidence, nous avions à cœur de gravir ce sommet. Tout aurait été si facile avec un baudrier…

Nous redescendons au campement et décidons de ne pas honorer notre seconde nuit sous tente.

En chemin nous avons même le droit a une analyse poussée de notre expérience du jour : « manque de mental » nous dira un américain ! L’incompréhension persiste…

La frustration l’a emportée cette fois ci. Avec le recul c’était une bonne expérience et la randonnée était très sympa même sans ces derniers mètres d’ascension.

C’est sur cette note un peu amère que l’on quitte Yosemite National Park. Ce ne fut pas un coup de cœur pour nous mais nous avons tout de même passé du très bon temps.

 

Margaux, Adrien et leurs cervelles !

No Comments

    Leave a Reply